Fantômes trois

Editions Lord Byron

Prix régulier €20,00

Taxes incluses. Frais de port calculés à l'étape de paiement.

Fantôme trois, Paris, Éditions Lord Byron, 2022

1re édition
Edition de 200 exemplaires
Couverture rigide, 16,5 x 23,5 cm, 88 pages
Édition française
ISBN : 978-2-491901-28-8

Fantôme trois est le catalogue édité à l'occasion de l'exposition éponyme se tenant du 12 mars au 15 mai 2022 à la Maison des Ailleurs, Musée Arthur Rimbaud de Charleville-Mézières (FR). Il comprend une introduction de Nathalie Robcis et Lucille Pennel, ainsi que des textes des commissaires d'exposition Sarah Mercadante et Benoît Blanchard. L'exposition comprend des œuvres de Bruno Albizzati, Nour Awada, Hannah Archambault, Camille Benarab-Lopez, Benoît Blanchard, Simon Martin, Giorgio Silvestrini, Elmar Trenkwalder et Marine Wallon.

Bruno Albizzati est né en 1988 et décédé en 2021. Il est représenté par la galerie La Forest Divonne, Paris (FR) et Bruxelles (BE). L’œuvre de Bruno Albizzati est composée d’empreintes, de traces, tels des éclats de lumière, des flashs en plein jour dont la fragilité est faite de l’épaisseur du papier bombé, déchiré, raturé, griffé.

Nour Awada est née en 1985. Elle vit et travaille entre Paris (FR) et Rome (IT). Le travail de Nour Awada est protéiforme ; à travers le dessin, la sculpture, la vidéo et la performance, il questionne la place du corps de la femme dans ses différentes acceptions – femme-mère, femme-sœur, femme-sorcière, femme-artiste.

Hannah Archambault est née en 1996. Elle vit et travaille entre Paris (FR) et Londres (UK). Hannah Archambault travaille le son dans son rapport à la poésie de l’espace. Ce qui se joue dans cette recherche est la volonté d’habiter un lieu avec une charge émotionnelle.

Camille Benarab-Lopez est née en 1989. Elle vit et travaille à Montreuil (FR). Elle est représentée par la Galerie Chloé Salgado, Paris (FR). L'artiste développe une pratique de l’assemblage empruntant aux objets quotidiens leur fonction support et leur stabilité – table, paravent, étagères – pour y adjoindre une multitude d’objets et de matières accueillant des images transférées.

Benoît Blanchard est né en 1982. Il vit et travaille à Reims (FR). La peinture de Benoît Blanchard transpose le souvenir d’une traversée des nuages en vol, en voile à même la vitre, la paroi d’une salle d’eau, un miroir. La vapeur des nuées se condense en écume exhalante. Goutte à goutte, elle se distille sur la toile, dans tous les tons, les heures du jour – et de la nuit.

Simon Martin est né en 1992. Il vit et travaille à Paris (FR). il est représenté par la galerie Jousse Entreprise, Paris (FR). La peinture de Simon Martin tient autant de l’apparition que de la persistance de cette apparition. Elle est à la fois souvenir et trace du souvenir, mémoire qui se mêle à elle-même : présence de la mémoire et évidence de la mémoire.

Giorgio Silvestrini est né en 1985. Il vit et travaille à Paris (FR). Les tableaux de Giorgio Silvestrini sont construits telles des mises en scène où l’action s’est arrêtée. Ils sont peuplés d’indices muets, animés d’une vie intérieure indifférente au récit que l’on cherche à leur faire dire.

Elmar Trenkwalder est né en 1959. Il vit et travaille à Innsbruck (AT). Il est représenté par la galerie Bernard Jordan, Paris (FR). Dans la sculpture d’Elmar Trenkwalder, les volumes, les signes et les êtres prennent l’apparence que leur donnent les mains de l’artiste. Chaque œuvre est le fruit d’un savoir-faire expérimental que guide le corps plus que l’esprit.

Marine Wallon est née en 1985. Elle vit et travaille à Montreuil (FR). Elle est représentée par la Galerie Catherine Issert, St-Paul de Vence (FR). Dans la peinture de Marine Wallon, le geste se répand. Il y a en lui de la sûreté, de la nonchalance, de l’hésitation et des élans. Il recouvre la surface de la toile comme pour englober le monde, lui donner une épaisseur et une odeur, celle de la peinture, des pigments et des liants.

Diplômée en Arts Plastiques à l’Université Paris 8 et en Sciences et Techniques de l’exposition à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, Sarah Mercadante est critique d'art et commissaire d'expositions. Elle a produit des expositions à l’Institut d’art contemporain de Villeurbanne en 2013, à l’association Bulb à Pantin pour la mise en place du parcours d’art contemporain "Coordonnées" à Pantin en avril 2016 puis le Centre Pompidou-Metz, de juillet 2016 à juin 2017, en tant que Chef de projet sur les expositions « Oskar Schlemmer. L’homme qui danse » et « Fernand Léger. Le beau est partout ». Depuis 2015, elle développe avec Benoît Blanchard le cycle d'expositions « Fantôme », dont la ligne directrice est de montrer par le truchement de l’idée de fantôme ce qui se joue dans la création d’une image.

Titulaire d'un doctorat en Esthétique de l'Université de Paris 8, Benoît Blanchard est peintre et commissaire d'expositions. Son travail théorique porte sur l'esthétique, l'image et la photographie. Il est par ailleurs le créateur de la revue en ligne œuvres-revue.net. Il a publié aux Editions L'Harmattan successivement en 2014 et en 2015, Art contemporain, le paradoxe de la photographie, puis La Dynamique des Frontières, Biennales d’art contemporain.