Maud Louvrier-Clerc. Empreinte durable

Editions Lord Byron

Prix régulier €22,00

Taxes incluses. Frais de port calculés à l'étape de paiement.

Maud Louvrier-Clerc et Laurent de Verneuil (sous la dir. de), Maud Louvrier-Clerc. Empreinte durable, Paris, Éditions Lord Byron, 2021

1re édition
Édition de 100 exemplaires numérotés
Les 20 premiers exemplaires sont accompagnés d’une œuvre originale de l’artiste
Couverture rigide, 21 x 28 cm, 64 pages
Édition en français
ISBN : 978-2-491901-06-6

Maud Louvrier-Clerc. Empreinte durable est le premier ouvrage monographique de l'artiste française. Il retrace de 2012 à 2020 son exploration transdisciplinaire entre art, design et architecture. De sa première résidence à l’Institut des futurs souhaitables à ses recherches sur l’équilibre autour de la forme carrond. De ses protocoles citoyens tels que JEMONDE à ses récentes œuvres sur l’anthropocène marin. Sous la direction de Maud Louvrier-Clerc et Laurent de Verneuil, il comprend un avant-propos de Pauline Lisowski et des textes de Virginie Chuimer-Layen, Romain Arazm et Maud Louvrier-Clerc.

Maud Louvrier-Clerc est une artiste française tournée vers une conscientisation poétique de l’écologie. L’identité, l’interdépendance et l’empreinte sont les thématiques essentielles de ses recherches. Passionnée d’astrophysique, la biologie, l'histoire, l'économie, la philosophie, la musique, la danse et la plongée sous-marine influencent aussi sa démarche. Son travail a été présenté au sein de festivals comme Vita Nova et We Love Green, de biennales à Saint-Etienne et Pantin, et dans le cadre de quelques expositions collectives ou personnelles à la villa Savoye, au château d’Angers et à la Galerie Bertrand Grimont.

A l'issue de formations dans les disciplines du journalisme, de l’histoire de l’art et de la philosophie, Romain Arazm élabore des projets culturels en liant les savoirs, les compétences et les trajectoires.
Historien d’art, critique et commissaire d’exposition, il débute à France Culture. Après un court passage au Centre des Monuments nationaux, il rejoint la maison de vente aux enchères Piasa où il est chargé des relations presse. En 2019, il fonde la société Mazart Production et accompagne les artistes émergents en leur conseillant des stratégies de visibilité par la réalisation de vidéos, le commissariat d'exposition et la rédaction de textes.
Auteur et essayiste, il publie en 2019 À l’ombre des arbres de Montagnola, L'Univers végétal d'Herman Hesse et son premier roman La Pastorale Retrouvée en 2020.

Historienne de l’art de formation, Virginie Chuimer-Layen est journaliste indépendante auprès de La Gazette Drouot, les Ateliers d’Art, Intramuros, ArchiSTORM, AMA et Arts Magazine. Elle est notamment l’auteur de Impressionnisme, les artistes et leur temps, édité par Sélection du Reader's Digest en 2003. Parallèlement à ses travaux rédactionnels, elle est conférencière à Drouot Formation, Institut de Formation de l’Hôtel Drouot (ainsi que dans plusieurs écoles supérieures de commerce), pour lequel elle intervient particulièrement dans les domaines des Arts Premiers (Afrique, Océanie, Amérique du Nord) et de la peinture de la période 1860-1960.

Critique d’art, Pauline Lisowski a fondé un blog sur l'art contemporain, Le corridor de l'art et collabore régulièrement avec les revues Point Contemporain, BoumBang, Branded, Inferno, Kritiks et Artaïssime). Elle s'intéresse aux pratiques artistiques qui touchent principalement à l'espace, à l'art du paysage, à l’installation in situ en relation avec l'architecture et à des projets qui tissent des liens avec la cartographie. Elle considère l'espace d'exposition comme un lieu porteur d'inspiration pour son histoire et son architecture. Ses projets consistent à inviter des artistes à prendre le temps de découvrir un espace, d'y trouver matière à création pour l'investir et le révéler. Elle construit ses expositions à partir d'une expérience du lieu et du territoire. Elle accompagne ainsi l'artiste dans sa réflexion et dans son processus de création.